tva : Notre avis

Texte de référence à propos de ici

L’expert-comptable se frotte à des problématiques très variées : tenue de la comptabilité, établissement des déclarations fiscales, comptabilisation des écritures de clôture, traitement des anomalies, mise en place de reportings, de systèmes comptables, d’états de gestion, etc. Il/elle pratique en profession libérale, en cabinet, en vrai nom propre ou sous forme de société, sur des activités d’expertise, d’audit et/ou de conseil. Il/elle peut également rejoindre une entreprise, à une fonctionnalité chargé de comptabilité, financière ou de gestion. Salarié ( e ) d’une société de gestion et de comptabilité AGC, inscrit ( e ) à l’ordre des experts-comptables, il/elle pratique comme en libéral. Régie par l’ordre des experts-comptables, l’activité, distinguée par un titre et un diplôme, est réglementée ( secret professionnel, code de honnêteté, procédures et normes professionnelles, contrôle d’activité ), comme pour les experts judiciaires et les commissaires aux comptes avec lesquels elle collabore. Les directives, inspirées par la loi de sécurité financière, sont guidées par des impératifs de sécurité, sincérité et contrôle de l’information. Habilité ( e ) à proclamer la régularité et l’intention des comptes, l’expert-comptable/experte-comptable n’est pas lié ( e ) à ses mandants par un contrat de travail. Un détenteur du DEC diplôme d’expertise service comptable n’a pas la contrainte de s’inscrire à l’Ordre, contrairement à l’associé ou à l’expert-comptable/experte-comptable signataire. Le périmètre d’action s’élargit : il/elle peut exercer dans l’Union européenne, les diplômes classiques sont reconnus, les programmes de formation harmonisés, en droit comptable et au plan normatif.

L’expert-comptable se doit d’être inscrit au tableau de l’ordre des experts-comptables pour pouvoir à titre libéral. Il contrôle tous les comptes signifiés en cours d’année par les différents services comptables. L’expert-comptable synthétise les livres et les dashboards des comptabilités clients ou prestataires, et ensuite reprend les feuilles de paye des salariés. Il étudie tous les documents justificatifs. Lorsqu’il a plusieurs clients, l’expert-comptable souvent d’une entreprise à l’autre et collabore avec les différents chefs de boites. par ailleurs en plus souvent, il est associé aux choix de gestion d’une entreprise. Les dirigeants lui demandent alors des conseils juridiques, fiscaux, sociaux, financiers pour améliorer les performances de leur société. La comptabilité ne permets aucune inexactitude. Chiffres, calculs, procédures et législations ne doivent avoir aucun secret pour l’expert-comptable, qui contrôle le travail des comptables. Il doit aussi rester à la pointe de l’information et parfaire régulièrement ses connaissances. Repérer les débouchés en région d’Île-de-france du secteur de l’audit et contrôle comptables et financiers dans lequel se met en place mon métier : nombre d’emplois, géolocalisation, types de contrat, embauches prévues… le métier d’expert-comptable est de même accessible par la voie de l’apparition continue des femmes. Plusieurs parcours et perfectionnements sont possibles. Par exemple, il est envisageable de préparer le DCG ou le DSCG à travers l’alternance en selon le programme de l’Institut national des techniques économiques et comptables du CNAM ( Centre national des arts et métiers ), à Paris.

Pour établir une situation comptable de la SCI, le gérant enregistre de manière chronologique les frais dépensés et les recettes sur base des flux financiers. Pour contrôler l’exactitude de la fiscalité, le solde à la clôture de l’année chargé de comptabilité doit correspondre au solde bancaire. le meilleur avantage de cette méthode comptable réside dans l’absence de formalisme à respecter, puisque le plan comptable de la SCI ne s’applique pas. En effet, un tableau Excel composé de deux colonnes suffit. Lorsque la SCI est soumise à l’impôt sur le revenu ( IR ) dans la catégorie des revenus fonciers et qu’elle est détenue uniquement par des personnes physiques, elle dispose de la possibilité de tenir une comptabilité simplifiée. Le dirigeant engage sa responsabilité dans le cadre de sa quête, notamment en cas de violation de la loi ou s’il commet une faute de gestion. Une erreur dans la tenue de la comptabilité rentre dans cette catégorie et peut être lourde de problèmes. En effet, lors de la survenance d’un tel atelier les associés peuvent se retourner contre lui et réclamer le paiement de dégâts et intérêts au niveau du préjudice subi. Faire appel à un expert-comptable pour SCI permet au directeur de transférer cette responsabilité au prestataire, car le cabinet d’expertise-comptable a un devoir d’information et de mise en garde en fonction de son client.

imaginez un monde dans lequel vous entretenez une relation continue avec votre médecin institutionnel : depuis votre naissance vous monitorez votre santé, prévenez les risques pouvant intervenir en relation avec vos activités, votre environnement. pour cela, tout au long de l’année, vous avez l’écoute de votre médecin, et 1 ou 2 fois par an vous faites un check-up complet en l’absence même de symptômes. Cette approche de la bonne santé à l’échelle individuelle est parfaitement duplicable à l’échelle de la structure. Le médecin de famille cède ici la place à l’expert-comptable. Il est aussi médiateur dans les relations avec les administrations fiscales et sociales, au jour le jour et au cours de vérifications. En réalité, outre son spécialité, l’expert-comptable donne le plaisir, la sécurité et la sérénité obligatoires pour passer ces moments . Et, le cas échéant, tel une infirmère généraliste, il oriente et accompagne son client vers des « spécialistes » : avocat, notaire, administrateur judiciaire, huissier…Par sa présence, l’Expert-Comptable est aux premières loges pour regarder la bonne gestion, ou non, de l’entreprise. Sa mission ne se cantonne pas à réaliser la comptabilité de votre société, mais elle se doit de détenir une mission de conseil et d’optimisation adaptée à votre projet et votre personnalité.

Le recours à un expert-comptable n’est absolument pas obligatoire pour tenir sa fiscalité. Mais, à moins d’avoir de pertinents connaissances en fiscalité, il est vivement recommandé de demander à un professionnel de la fiscalité. Celui-ci va tenir la fiscalité, contrôler les comptes au moment de la clôture de l’exercice, puis faire les comptes annuels ( bilan, compte de succès, annexes ). Ce qui atténue fortement les risques de connaître un redressement de l’administration fiscale ou de l’URSSAF. Si l’expert-comptable commet une erreur, c’est d’ailleurs lui qui devra en assumer les conséquences et pas l’entreprise. Le préjudice subi sera pris en charge par son assurance responsabilité civile professionnelle ( obligatoire ). L’expert-comptable peut s’occuper des démarches et des formalités de conception de l’entreprise : rédaction des statuts, publication d’une annonce dans un journal d’annonces légales, dépôt du dossier de votre fauteuil de conception au CFE…Une fois l’entreprise créée, l’expert-comptable peut être qualifié à réaliser les documents liés aux différentes obligations légales de la société : rédaction des procès-verbaux des assemblées générales, mise à jour des statuts, établissement des bulletins de paie et de divers actes…Mais, surtout, un expert-comptable peut la mission de tiers de confiance. Cette mission lui permet de réaliser des démarches pour le compte de l’entreprise : réalisation des déclarations sociales et fiscales, des pièces justificatives aux administrations…

Source à propos de tva